m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

En accord avec la CNIL, les loueurs de voiture sur courte durée rassemblées au sein du Comité national des Professions de l'automobile (CNPA) viennent de créer le fichier mutualisé CLARIS qui rassemblent les informations sur les clients mauvais payeurs.


Des clients à risque sous étroite surveillance
On trouvera dans CLARIS, nom dérivé de "Clients à risques" les noms des clients qui deviennent indésirables pour les loueurs et ce, selon un liste de critères définis par la loi. Les loueurs de courte durée que sont par exemple Hertz, Avis ou Europcar ont élaboré avec la CNIL 4 catégories d’incidents qui leur permettront de lister un client dans le fichier :
  • Incidents de paiement ayant donné lieux à un contentieux,
  • accidents ou dommages répétés imputables au conducteur ou à la personne inscrite au contrat,
  • accidents ou dommages causés volontairement,
  • utilisation d’un véhicule sans respect des conditions générales du contrat de location.
Toutefois, avant d'être définitivement fiché, le client sera averti et disposera d'un certain délai pour régler sa situation.

"Ce fichier sera géré par le CNPA qui sera aussi responsable de la conservation des données", précise Florent Portmann, le secrétaire général de la branche loueurs du CNPA. Et il ajoute : "L’accès à ce fichier partagé sera réglementé pour être conforme aux règles de la CNIL. En fonction de son niveau de responsabilité, le représentant du loueur aura accès à tel ou tel niveau d’information. L’agent de comptoir d’un loueur saura ainsi uniquement si la réservation est possible ou pas, mais pas les raisons d’un refus". Le fichier sera également branché aux plateformes de location sur Internet. Ainsi, un client jugé indésirable ne pourra pas louer de voiture directement sur les sites des loueurs.

"La création de cette liste était nécessaire car les loueurs sont confrontés à des cas récurrents et ils souhaitaient fusionner leurs informations. L’outil sera donc très utile sur ce point", indique Florent Portmann.
 
Un dirigeant d'Auto 44, franchisé Europcar sur 6 départements de Nantes de Bordeaux réagit sur le site de l'Argus : "Cela fait 25 ans que nous le demandions mais nous avons eu beaucoup de problèmes avec la CNIL. Sur mes 35 agences, je refuse 200 clients par an suite à des locations dangereuses. Il faut comprendre que nous sommes en auto-assurance ! Nous jouons 30 euros la journée donc quand une de nos voitures à 15 000 euros est pliée, cela ne nous amuse pas! C'est un peu le malus des assureurs".
 
 

Cité dans cet article : claris client cnil fichier loueur voiture