m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Le marché de l’assurance est par nature caractérisé par l’aléa. L'assureur néerlandais Aegon a bien compris cela. Ce dernier qui n’a pas du tout enregistré de bons résultats sur le marché américain, prévoit de procéder à une revue de ses activités au pays de l’oncle Sam. Cette décision fait suite à une publication de ses résultats trimestriels qui n’ont pas du tout atteint les prévisions. La cause d’un tel manque à gagner se situe, dans une certaine mesure, dans la hausse des demandes d'indemnisation aux États-Unis.


Des résultats mitigés pour l’assureur Aegon aux Etats Unis
De  505 millions l’année dernière, Aegon se retrouve avec 435 millions au deuxième trimestre

Les professionnels du monde des finances qui s’attendaient à une hausse du bénéfice de l'assureur néerlandais Aegon ont vu leurs prévisions carrément basculer. En effet, le groupe a connu un  certain recul. Ainsi, de  505 millions l’année dernière,  Aegon se retrouve avec un bénéfice imposable courant de 435 millions au deuxième trimestre.

Ce résultat fausse carrément les prévisions des analystes qui s’attendaient à  481 millions en moyenne. Le recul du groupe en termes de gain ne s’est pas fait sentir exclusivement sur le marché américain. En Grande-Bretagne aussi, Aegon a enregistré une perte nette de 385 millions d'euros. Cette baisse est la résultante  d'une moins-value de 618 millions sur la vente d'un portefeuille de neuf milliards de livres en Grande-Bretagne cette année.
 

Les causes d’une telle baisse aux États-Unis

Le directeur général du groupe, Alex Wynaendts est monté au créneau pour donner les raisons de cette baisse de recette enregistrée par son groupe. Selon lui, cette situation peut être imputée aux taux d'intérêt très bas et à de très nombreuses demandes d'indemnisation au pays de l’oncle Sam. Enfin, la perte comptable sur la cession de leur portefeuille d'annuités au Royaume-Uni est l’une des causes de la baisse de recette de l’assureur selon son directeur général. 

Darryl Button, directeur financier du groupe, a soutenu l’éventualité d’une cession de leurs activités américaines à "Boli-Coli". Ce dernier estime que ces activités génèrent peu de bénéfice et leur font perdre beaucoup d’argent. Cela en fin de compte, n’est pas rentable pour la boite. Ces affirmations du directeur financier sont en phase avec celle de la boite qui a soutenu qu’elle avait l’intention d’amoindrir de 150 millions de dollars ses coûts aux États-Unis. Retenons quand même malgré ses baisses sur le marché américain, Aegon y réalise les deux tiers de ses activités.