m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Alors qu’on parlait plus d’une potentielle entrée en Bourse pour certaines de ses activités dans le domaine bancaire en Suisse, la société Credit Suisse a quant à plutôt privilégié une toute autre option, celle d’une hausse de Capital. En effet, depuis ce jour, la structure suisse a affirmé vouloir consentir un montant de 4 milliards de francs suisses, soit 3,7 milliards d’euros, dans le cadre de cette hausse de capital.


Hausse du capital du côté de Credit Suisse
Une opération qui rassure, mais pas totalement

Cette opération devrait apporter un soulagement au sein de la structure bancaire suisse, car, plusieurs interrogations se tramaient quant à sa possible difficulté financière. A l’origine de ces inquiétudes, la forte perte financière que Credit Suisse a enregistrée dans son bilan de l’année écoulée. Cette dernière s’élevait à plusieurs milliards de francs suisses.  En optant ainsi pour une augmentation de Capital plutôt que pour introduction de certaines de ces activités bancaires en Bourse, la structure démontre là une capacité à posséder des fonds propres de réserve.

Pour rappel également, le bénéfice de ce premier trimestre est en nette augmentation, mais pas suffisant toutefois pour pouvoir s’avancer sur des prévisions, a indiqué le Directeur financier du groupe, David Mathers. Il ne s’agit pas simplement d’une démonstration de capacité de la part de Credit Suisse, la voie choisie pour sa croissance est aussi celle qui sied le plus à tous ses actionnaires. Toutes ces augmentations de capital, après celle de Deutsche Bank, sont de bon augure pour l’économie européenne toute entière.
 

La méthode d’augmentation de capital critiquée

Beaucoup dans le domaine des banques, sont ceux qui ne voient pas d’un très bel avis les méthodes employées par la structure bancaire dans sa quête à une augmentation de capital. En effet, cette dernière se déroule par émission de droits de souscription. Pour Chirantan Barua, un analyste du côté de Bernstein, cette méthode traduirait en réalité des imperfections internes à la Banque qui se voient d’ailleurs même au niveau de la difficulté à quantifier son besoin en termes de capital.

Pour l’heure, il faudrait retenir que les résultats obtenus au cours de ce premier trimestre sont les meilleurs depuis ces quelques dernières années, au total 596 millions de francs suisses. Toutefois, le Credit Suisse devra essayer de jouer encore plus solidement car la période ne lui est pas de tout repos, avec par exemple des vives contradictions sur les revenus des dirigeants.
 

Cité dans cet article : Crédit Suisse hausse de capital