m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Cette semaine a lieu l’ATHENS (Advanced Technology Higher Education Network Socrates) dans les grandes écoles d’ingénieurs européennes. Une priorité volontaire de l’Europe pour favoriser les collaborations de matière grise.


L’Europe fait le choix d’intensifier les rencontres entre ses meilleurs élèves avec ATHENS
Des moyens à la hauteur des ambitions

ATHENS est programme d’échange scientifique et culturel de dix jours dispensé une fois par an.
Ce programme d’échange de brillants étudiants vient de fêter son treizième anniversaire. Aujourd’hui, il permet à plus de 5000 jeunes de suivre dans une grande institution des cours très pointus et en lien direct avec l’actualité et les besoins techniques à développer demain.

La moitié de ces cerveaux, destinés à innover en mode collaboratif, vont suivre ce programme en dehors de leur pays. Le Programme Européen Socrates déroule le tapis rouge, puisque dans une salle de cours, il n’est pas rare de croiser un minimum de 6 nationalités différentes. Et la forme est toute aussi importante que le fond ! Naturellement le croisement des cultures, qu’elles soient liés à l’origine du pays ou d’école s’avère capitale. Les étudiants invités à qui tout est payé : le déplacement, l’hébergement, les cours, et les repas, sont cocoonés pour les inciter à revenir plus tard et intégrer probablement une équipe de recherche appliquée.

La perméabilité des universités européennes est donc accélérée. C’est un objectif majeur du 7ème programme cadre de recherche européen.

Un lien direct avec l’actualité

La France est très bien représentée avec 9 écoles de Paris-Tech qui participent à ce programme. Dans tous les cours, ceux de l’Agro, la grande école d’Agronomie de France, semblent tout à fait liés aux sujets de l’actualité européenne. Par exemple, le cours « Bioraffinerie : Nouvelles stratégies d’utilisation de végétal  » montre bien la priorité de trouver et de monter en puissance les énergies renouvelables. Et le cours « Politique Agricole en Europe et aux Etats-Unis, évolution et perspectives  », serait tout à fait approprié pour apporter les éléments de réponse aux céréaliers qui manifestent et bloquent Paris.

Enjeux qui dépassent la  « techno »

Le plus frappant dans ces cours programmés par ATHENS, réside dans des réflexions et enseignements qui dépassent le cadre du métier de l’ingénieur classique. Les enjeux sont sociétaux et économiques. Le caractère politique ressort systématiquement de tous les cours organisés dansa le Programme ATHENS, et c’est sans doute ce qui en fait sa très grande valeur ajoutée.

Les jeunes talents qui suivent les cours seront conditionnés pour aborder les sujets difficiles à traiter dans la transformation à moyen et long termes de l’Europe. Ils seront donc enclins à prendre les meilleures décisions et orientations en cohérence avec la volonté de l’Union Européenne.

Ce Programme a donc toute sa cohérence dans une communauté d’élite qui se rapproche, collabore et où la mixité est un ingrédient majeur pour mener à bien des innovations. Le lien entre l’actualité et l’Europe moderne de demain se construit peu à peu, mais à quelle vitesse, et à quel prix ?