m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Avec l'essor du cloud computing au niveau mondial, la France entend être un acteur majeur de l'Europe en matière d'hébergement de données à distance. De plus, la législation issue des attentats du 11 septembre 2001 qui permet aux États-Unis de scruter les données des serveurs de toute entreprise américaine remet en question la souveraineté nationale en matière de dématérialisation informatique.


L'alliance française pour l'informatique dématérialisée
La France s'allie avec de grands groupes

Pour faire le poids face aux investissements conséquents des entreprises américaines, l'état français a noué un partenariat avec trois grands groupes pour investir dans une infrastructure propre à la France. Ainsi, celle-ci va investir 135 000 millions d'euros et les groupes partenaires que sont Orange, Dassault et Thalès apporteront en totalité 150 000 millions d'euros. L'importance de cet investissement réside essentiellement dans la souveraineté des données nationales stockées sur le territoire américain dont l'état a un droit d'accès depuis la loi anti terrorisme Patriot Act. Cet accès aux données des entreprises françaises est inacceptable et nécessite des investissements pour que ces dernières soient dématérialisées et stockées en France. En effet, les données étant systématiquement hébergées outre - Atlantique, dans des entreprises d'hébergement américaines, les acteurs non européens peuvent avoir accès aux données stratégiques de certaines entreprises françaises, pouvant ainsi avoir des répercussions néfastes. Le projet d'infrastructure dans l’informatique en nuage a donc débuté en 2009 sous le nom d’Andromède.

Le projet Andromède

Grâce à la participation des grands groupes français, le projet Andromède bénéficie d'un budget de 285 millions d'euros pour être mené à bien. Chaque acteur du projet aura ainsi un droit de vote et l'état aura un tiers des voix. Ce projet à vocation européenne qui ne manque pas d'ambition aura l'appui de la commission en matière de sécurisation du système. Le projet Andromède aura donc pour but de concevoir, construire et rendre opérationnel une infrastructure numérique sécurisée dont la compétitivité des entreprises françaises et européennes dépendra. La mise en place de cette infrastructure permettra de contrer les différents monopoles des entreprises américaines telles que Microsoft, Google ou IBM toutes spécialistes de l'informatique nuage et dont le stockage des données des entreprises françaises sur leurs serveurs représente un danger en matière de souveraineté nationale. Avec l'aboutissement du projet Andromède, toutes les données sensibles devront à terme être stockées en France ou en Europe.

La France veut s'imposer par le cloud

Pour garantir la souveraineté des données, la France n'a pas choisi ses partenaires au hasard. En effet, ses derniers sont tous français et leur apport financier permettra à la France de s'imposer dans le cloud computing. Les Américains dominant sur ce marché imposent à la France de mettre en place sa propre infrastructure et de lui donner une vocation européenne pour pouvoir tirer son épingle du jeu. Les enjeux pour l'industrie française sont de taille, car le cloud connait un très fort développement et la concurrence des entreprises américaines pouvant porter atteinte à la souveraineté nationale des données, nécessite un effort considérable pour que le développement ne se fasse plus sous la dépendance des géants comme Amazon, Google ou Microsoft. L'alliance entre public et privé permettra au projet Andromède de voir le jour assez rapidement, car les tâches seront réparties de façon optimale.

Cité dans cet article : Cloud computing