m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Un rapport récemment publié par l'ONG CDP (Carbon Disclosure Project) démontre que les grandes entreprises industrielles sont de plus en plus confrontées à la crise de l'eau.


La future pénurie d'eau est-elle anticipée par les grandes entreprises ?
"From water risk to value creation ", le rapport publié par CDP le 5 novembre, met en avant les problématiques lourdes auxquelles sont aujourd'hui confrontées les grandes industries : raréfaction et difficulté d'accès à l'eau sont les principales et elles menacent la croissance de ces entreprises. Les conseils d'administration en sont de plus en plus conscients puisque les deux tiers des grandes multinationales interrogées indiquent être directement menacées.
 
La concurrence qui ne vas cesser de s'amplifier pour l'accès à l'eau va avoir un impact fort sur la production. CDP explique que l'augmentation du prix d'accès à la ressource "perturbe les affaires et peut provoquer des pertes de licences". Pire, "un manque d'eau, ou sa mauvaise qualité, peuvent altérer voire stopper la production". Pour 68% des sociétés interrogées, leurs opérations, leurs activités ou leurs revenus pourraient être dégradés.
 
De leur côté, les actionnaires incitent à investir dans des solutions pérennes comme des programmes de recyclage et autres solutions technologiques. Mais CDP relève que 60% des entreprises sondées affirment ne pas avoir encore procédé à l'analyse complète des risques liées à la prochaine pénurie d'eau dans leur secteur d'activité. Parmi les actions déjà mises en place, c'est l'objectif de réduction de consommation d'eau qui est le plus répandu et particulièrement dans les entreprises du secteur de la santé et des biens de consommation courante. Néanmoins, les mesures visant à réduire la pollution sont beaucoup moins courantes.
 
Point positif, en baissant leur consommation d'eau, les entreprises ont également baissé leur coût de production, ont augmenté leur valeur et cela leur a permis de développer de nouveaux produits et services. CDP cite l'exemple de Coca-Cola qui a dépensé 2 milliards de dollars pour abaisser sa consommation d'eau dans ses usines. Nestlé, de son côté, a dépensé 43 millions de dollars pour construire une centrale de désalinisation au Chili pour assurer l'approvisionnement en eau de ses activités minières. Enfin, AstraZeneca s'est engagé à réduire sa consommation de 25% d'ici 2015.
 
Ces engagements suffiront-ils sur le long terme ? Pas sûr analyse l'ONG CDP car seules 35% des entreprises interrogées ont analysé l'impact pour leur activité de la pénurie d'eau au delà de 10 ans, alors même que l'ONU a indiqué que d'ici 16 ans, la demande mondiale en eau pourrait dépasser de 40% des réserves disponibles.