m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

La fracture numérique existe bel et bien en France. Elle sépare les usagers des TIC des non-usagers du fait d'inégalités sociales et générationnelles.


Les Français et les entreprises face à la fracture numérique
La révolution numérique a été extrêmement rapide en France. Si, en 1998, seulement 4% de la population française disposait d'une connexion à Internet, en 2013, les Français étaient connectés à 80% (l'un des taux les plus élevés d'Europe). De la même manière, 40% des Français étaient équipés d'un smartphone en 2013 alors qu'ils n'étaient que 11% en 2011 ! Aujourd'hui, la moitié des Français utilisent deux modes de connexion (ou davantage).
 
Qui sont les Français qui restent victimes de la fracture numérique ? Ce sont d'abord les personnes âgées : 5% des plus de 70 ans sont équipés de smartphones, contre 75% des 18-24 ans. Mais ce sont aussi les catégories professionnelles les plus basses de la hiérarchie : 90% des cadres ont accès au réseau sur leur lieu de travail, contre seulement 20% des ouvriers. Ainsi, pour Marc Bertrand et David Belliard cités par Alternatives économiques, « l’économie numérique a un effet multiplicateur des inégalités, car ce sont les plus éduqués et les plus informés qui en tirent le mieux profit. » Valérie Peugeot, Vice-présidente du Conseil national du numérique, exprime le même avis : « Les non-connectés, devenus minoritaires, sont également ceux qui sont par ailleurs victimes de marginalisation sociale, culturelle et économique. » Au final, selon une étude menée début 2014 par l'INRIA et TNS Sofres, "les différences d’équipement et d’usages se caractérisent par des critères socio-économiques : 20% des Français sont éloignés des technologies."
 
En juin 2014, le think tank renaissance Numérique a lancé l'opération des Portes ouvertes de la solidarité numérique pour lutter contre la fracture numérique. Cette opération consistait à proposer aux entreprises de les mettre en relation avec des associations et leurs bénéficiaires pour leur dispenser bénévolement des cours de formation aux usages fondamentaux du numérique. Ainsi, pendant quelques soirs et week-end, plusieurs entreprises et leurs salariés bénévoles ont accompagné les personnes âgées, les personnes en réinsertion, en recherche d'emplois ou les chefs de PME qui en fait la demande, pour leur dispenser des formations aux usages numériques fondamentaux, tels que la recherche professionnelle sur Internet, la mise en page d'un CV, le dialogue et l'information sur les réseaux sociaux, la gestion des mails etc.
 
Fait marquant, en France, un quart des TPE (entreprises de moins de 10 personnes et réalisant un CA de moins de 2 M€) n’utilisait pas d’ordinateur et ne disposait pas d’accès à Internet à la fin de l’année 2012, selon une étude de l’Insee parue en 2014. De plus, seul un quart de ces entreprises possédait un site web contre 64 % des sociétés d’au moins 10 personnes.