m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Selon les autorités CMA CGM, les nouveaux porte-conteneurs seront alimentés à base du gaz naturel liquéfié. Après de longues discussions, les dirigeants de l’entreprise ont finalement tranché en ce qui concerne le carburant à utiliser pour leurs prochains grands navires. Alors que la quasi-totalité des navires dans le monde utilise du fioul et du gazole, les neufs nouveaux modèles de CMA CGM utiliseront le gaz naturel pour fonctionner. Pour cela, le groupe marseillais a signé un accord avec la compagnie étatique chinoise China Sate Shipbuilding en ce qui concerne la fabrication des moteurs adaptés et les porte-conteneurs.


Les prochains porte-conteneurs géants de CMA CGM navigueront au gaz naturel
Une ressource qui commence par gagner du terrain
 
Selon l’une des autorités de la compagnie, Ludovic Gérard, le gaz naturel est le carburant de l’avenir et il pense que les concurrents devront emboîter leur pas en ce qui concerne l’utilisation du gaz naturel. En même temps, MSC, la deuxième entreprise mondiale dans le domaine du transport maritime par gros-porteurs, est aussi en réflexion concernant cette nouvelle solution économique et écologique. Nombreuses sont les questions autour de l’alternative au fioul qui est moins coûteux mais très polluant. Le gaz naturel, (GNL) paraît être la meilleure des options parmi celles qui sont explorées. Actuellement, certains navires ont déjà adopté cette option et nombreux autres sont en cours d’adaptation à la nouvelle source d’énergie.

Le gaz naturel présente de nombreux avantages. Premèrement, il n’est pas polluant et donc bénéfique pour l’environnement. Si on considère le fioul, son utilisation libère dans la nature de fortes émissions de soufre et de fines particules, du CO2 et une quantité importante d’oxyde d’azote. D’un autre côté, ce nouveau gaz a plus de réserves que celles du pétrole surtout avec le gaz de schiste qui est exploité.
Selon les experts de Macquarie Group, le prix du gaz naturel devrait demeurer intact pendant 3 ans, autour de 3 dollars par million de BTU, l’unité de mesure du gaz naturel. De nombreux amateurs ont été séduits par cette nouvelle option, entre autres les méthaniers, les bateaux transportant les voitures... Les compagnies comme MSC et Brittany Ferries verront leurs prochains navires fonctionner à l’aide du gaz naturel.
Même si un navire fonctionnant au GNL coûte très cher, il a fallu du courage et de la détermination pour arriver à faire un choix pareil. Il faut noter qu’un bateau pareil peut coûter 150 millions de dollars.
 

Des infrastructures inexistantes
 
La construction des navires qui fonctionnent au GNL n’est pas le plus important, il faudra alors équiper les ports en GNL afin de pouvoir ravitailler les bateaux. En ce moment, il existe très peu de ports qui possèdent ces types d’équipement à part certains en Chine, Singapour qui ont toujours besoin de se perfectionner.

Avant d’en arriver là, CMA CGM utilise d’autres solutions pour perfectionner son système énergétique, à savoir la modification des bulbes et hélices qui permettent de bien fendre l’eau. Certains concurrents utilisent sont toujours en train d’utiliser les porte-conteneurs fonctionnant au fioul et au gazole mais qui pourront utiliser le GNL plus tard. Le choix de l’entreprise marseillaise a été basé sur trois points essentiels, à savoir: la remontée des prix du pétrole, le durcissement de la réglementation et aussi l’ouverture technologique que le gaz naturel apporte.

Cité dans cet article : CMA CGM Gaz naturel porte-conteneurs