m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Sans surprise la compagnie italienne de télévision Mediaset a entamé ce vendredi des poursuites à l’encontre du groupe français Vivendi devant le tribunal de Milan. La firme italienne accuse à Vivendi de ne pas respecter ses engagements pris lors de la signature de leur contrat le 8 avril passé. L’exploitation de la famille Berlusconi exige de la compagnie française qu’elle passe à l’acte et exécute les clauses du contrat qui les lie. Depuis quelques semaines la tension était palpable entre les deux parties donc que celle-ci aboutit devant la justice n’étonne personne.


Mediaset décidé à poursuivre Vivendi en Justice
La poursuite de Mediaset contre Vivendi

Mediaset et Vivendi avaient signé le 8 avril passé un contrat où la partie française allait acheter 100% du bouquet de télévisions payantes Mediaset Premium. Trois mois après la signature du contrat le 25 juillet exactement l’entreprise de Vincent Bolloré fait volte-face. L’annonce de Vivendi énerva au plus haut point le groupe italien qui depuis cette date rumine sa colère. Pour se justifier, le groupe français promet de racheter les 20% du bouquet au lieu des 100% et de coopérer à hauteur de 15% dans le groupe italien avec la formulation d’une obligation transformable obligatoire.

Mediaset refuse catégoriquement cette proposition de la propriété de Vincent Bolloré qu’il juge «irrespectueuse » et « dilatoire ». Ainsi en faisant appel à la justice Mediaset exige que le groupe français rachète les 100% de Mediaset Premium comme convenu et demande comme dédommagement que le groupe français lui verse 50 millions d’euros par mois à partir de son refus de racheter les 100%. La firme des Berlusconi n’a pas oublié de préciser que ces exigences n’ont pas de rapport avec la fâcheuse décision d’annuler le contrat.
 

Des relations tendues entre les deux parties

Suite à l’annonce faite par le groupe médiatique italien ce vendredi la partie a préféré garder un silence total. Pourtant les deux groupes étaient partis sur de bonnes bases en signant leur partenariat le 8 avril dernier lançant par la même occasion leur projet commun de mettre sur place un Netflix européen pour concurrencer le géant américain.

Le bouquet qui allait être de propriété française avec ses quelques 2 millions d’abonnés affichait une perte de 63,7 millions d’euros durant le premier et 37,1 millions d’euros au cours du 2e trimestre. Rappelons cependant que ces résultats étaient obtenus avant le 8 avril, ce qui laisse penser à Mediaset que la situation va s’améliorer d’ici 2017. C’est pourquoi le recul de Vivendi a été mal accueilli par Mediaset qui soupçonne le groupe français d’avoir d’autres ambitions cachées avec leur proposition participative de 15% sur Mediaset.
 
 

Cité dans cet article : Mediaset Vivendi