m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

La décision a été rendue officielle par le PDG de Nike Mark Parker, au cours d’une conférence téléphonique avec les analystes financiers. Une décision révolutionnaire sans nul doute excusée par la baisse des ventes de produits Nike notée, mais aussi et surtout par la renaissance d’Adidas et Under Armour. L’équipementier a décidé par la voix de son PDG à mettre en vente sur Amazon ses baskets, mais aussi d’autres articles comme ces vêtements et ses accessoires. Cependant le flou reste totalement maintenu concernant ses produits haut de gamme, et d’après l’avis des analystes de la maison Canaccord, il s’agirait de produits de moyenne gamme.


Nike se résout finalement à commercialiser ses baskets sur Amazon
Lancement d'une première phase test

Selon le PDG de la marque américaine, il s’agirait d’une phase test qui déterminera le futur de cette collaboration. Réconfortant les propos de son PDG, le responsable de marque Nike Trevor Edwards assure qu’en fonction des résultats enregistrés, l’idée d’une prolongation ainsi que d’une expansion pourraient être envisageable. Une mesure doublement bénéfique pour la marque d’autant plus qu’elle lui permettrait de réduire ses effectifs, avec la suppression de quelque 1 400 emplois soit un pourcentage de 2 % et diminuer de 25% ses dépenses.

Des restrictions qui lui permettront d’’accorder la primeur au développement de ses articles phares ainsi qu’amplifier sa présence sur les grandes villes telles que Paris, Londres, New-York, Séoul, Shangaï, Pékin, Los Angeles, Tokyo, Berlin, Barcelone, Mexico, Milan. Une douzaine de villes qui supporterait, jusqu’en 2020, 80 % de la croissance totale de la marque Nike. Dans les termes du contrat, il a été imposé à Amazon de réprimer toute contrefaçon de produits Nike ainsi que la commercialisation par des tiers de produits de la marque. Une condition qui ne semble pas pour autant déranger Amazon qui a incessamment tenu informé ces partenaires via un courriel attestant l’entrée en vigueur de la décision à compter du 13 juillet selon le journal Wall Street.
 

Une meilleure gestion des prix

Avec cette collaboration, la marque aura la possibilité de mieux repenser le contrôle de ses prix d’autant plus que la vente en ligne éliminerait tout intermédiaire entre le client et la marque ce qui selon Goldman Sachs serait bénéfique pour Nike. L’avantage ne se limite pas à ce point, car il serait désormais possible pour Nike d’aller à la pêche des « Millenials » désignant Amazon comme la première plateforme de Shopping concernant les produits de mode.

Une collaboration qui intervient à son heure pour reconfigurer le système de distribution aux Etats-Unis d’où on assiste à la disparition progressive des distributeurs spécialisés. Enfin cette nouvelle collaboration sera un moyen pour contenir les actions des rivaux, mais aussi pour éviter la baisse des ventes. S’inspirant de son rival Adidas qui a vu sa part du marché aux Etats-Unis grimpé de 7 à 11 % en 2017, depuis sa collaboration avec Amazon en 2014, Nike espère se refaire une nouvelle santé et préserver sa place dans l’élite.