m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Des machines et des hommes




Le géant Microsoft compte conquérir avec son système office l’iPAD d’Apple, la marque à la pomme. La bureautique devrait ainsi se mettre au service des tablettes. Une première


Office aime les pommes
Un marché à prendre

Il s’est vendu davantage de tablettes que de PC en 2013. Alors pour les éditeurs de logiciels, il s’agit sans doute de se transformer pour créer un besoin sur ce nouveau marché à conquérir.
Et d’ailleurs, les antivirus ont trouvé une nouvelle manne avec ces tablettes et les smartphones. Même moins cher que pour un ordinateur, les anti-virus et firewall du net ont vu leurs ventes se multiplier.

Il ne restait plus qu’à la bureautique pour se lancer sur ce marché effervescent. Et c’est la raison pour laquelle ne nouveau PDG de Microsoft, Satya Nadella a bien mis en évidence lors de sa première conférence de presse officielle hier à San Francisco, que les produits bureautiques de sa marque pouvaient être lancés à l’assaut du premier vendeur de tablette, le bien nommé Apple avec son iPad.

Pas ou peu de fioritures pour cet indien américanisé à la sauce californienne, qui porte un petit polo et pas un costume de haute couture. On en oublierait même que Microsoft est le premier éditeur de logiciel au monde.

Une stratégie résolument orientée long terme

« Il ne s’agit pas pour moi de décrire aujourd’hui toute la stratégie de Microsoft, mais d’aborder l’un de ses aspects les plus critiques » martèle avec tout son charisme M. Nadella.
Qui peut se passer d’Office aujourd’hui ? Word, Excel, Powerpoint, Access, Outlook,… On ne peut plus rien faire sans eux. Alors l’arrivée du pack vache à lait de Microsoft chez Apple est bien une grosse revolution.

Et plus stratégiquement, c’est Windows, le super système d’exploitation de Microsoft que ce dernier souhaite voir sur les tablettes iPad. Selon Gartner, Windows n’équipe plus que 14% des appareils informatisés alors que les smartphones qui fonctionnent sous Android culminent à 38%.

Cette entrée fracassante dans le monde des tablettes a pour but non seulement de stabiliser ses parts de marchés dans les systèmes d’exploitations compte-tenu des nouveaux arrivants tels Mozilla mais également ceux qui ne sont pas encore arrivés. De plus, Microsoft a pour ambition à moyen terme de gagner des parts de marchés pour Windows sur tous les supports et imposer Office.

Toute est ensuite une histoire mercantile, puisque Google offre à ses clients la pack Windows, qui reste finalement la première vache à lait de Microsoft avec ses 22% de contribution au chiffre d’affaires l’année passée.