m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Ethique et responsabilité




Le spectacle de l’humoriste Dieudonné donne du fil à retordre au gouvernement qui souhaite éviter à tout prix les insinuations antisémites. Mais, cette action n’est pas la seule. Eclaircissements des décisions.


Quand la démocratie impose la censure
Médiatisation ménagée

L’inventeur de la quenelle aura sans doute quelques difficultés à survivre. Le premier spectacle de Dieudonné qui doit avoir lieu le 9 janvier prochain à Nantes est bien osé. En effet, c’est la ville de l’actuel Premier Ministre Jean-Marc Ayrault. Alors, il n’est pas question de parler de sujets qui dérangent même avec un fond humoristique ou de dérision.
Toujours est-il que le premier spectacle de Dieudonné n’est pas annulé. La bataille juridique est engagée. En tous les cas l’humoriste a su faire parler de lui alors qu’on ne lui donne pas la parole ni sur les radios, ni dans les journaux et encore moins à la télévision.
Alors, est-il stratégique d’étouffer à la vue du grand public des propos qui dérangent ? L’actualité montre ici le contraire sur fond de rire jaune. Les quenelles font toujours parler d’elles et les interdits attisent le voyeurisme pour savoir ce qui se trame.

Des sujets volontairement étouffés

En France, la démocratie reste de rigueur, ce qui indique que toutes les idées et tous les propos peuvent être exprimés. Alors, certes, les idées de certains humoristes ou politiciens peuvent être contestables, mais il est important de les écouter afin de forger son opinion et d’accepter de donner la parole à ceux avec lesquels certains membres d’une population donnée [la France dans ce cas précis] n’est pas en adéquation.
Aussi, d’autres éléments sont plus ou moins médiatisés et contrôlés. Le discours annuel de la Saint Sylvestre du Président Hollande n’a pas été repris par les médias. Plusieurs explications peuvent arriver : manque de conviction ou d’éloquence, ou encore propos que les français ne sont pas prêts à entendre pour le moment. Le discours est passé inaperçu. Et aujourd’hui, 7 janvier, on en parle plus !
Tous peuvent donc s’exprimer, sans pour autant avoir un impact suffisant pour faire changer les choses ou les situations. Tout est une histoire de communication.

Le couple démocratie censure d’actualité

Ce n’est justement pas un sujet d’actualité : la censure a toujours été décidée depuis les fondements de la démocratie. C’est en fait un fondement politique, et même un proverbe : « toute vérité n’est pas bonne à dire ». Alors, il ne faut pas s’offusquer d’un tapage médiatique pour certains propos et d’un atténuement pour d’autres.
Ce qui est intemporel, reste de proclamer des truismes qu’entendent volontiers la majorité d’une population. Tout ce qui peut induire une rupture doit être préparé et conditionné. Lorsque l’on touche aux fondements, qu’ils soient religieux ou politiques, il est urgent de ne pas l’ébruiter sous peine de déstabiliser de manière irréversible un sentiment, qui inspire un électorat.
Dans le cas précis des décisions liées aux quenelles de Dieudonné, il est évident que l’esprit critique de chacun doit opérer de manière à chercher le meilleur futur avec les plus grandes opportunités sans pour autant le manipuler.

Cité dans cet article : censure démocratie ethique