m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Les deux leaders outre atlantique des câblo-opérateurs ont annoncé leur fusion, et la transformation du secteur ne fait que commencer.


Quand le cloud rebat les cartes des câblo-opérateurs
Rester leader avec l’arrivée du cloud

Comcast et Time Warner cable, les deux géants de l’audiovisuel ont annoncé leur fusion. Ces deux monstres américains de l’audiovisuel ont senti le vent tourner avec l’arrivée des programmes télévisés délinéarisés comme Hulu ou Netfix. La web TV est en train de s’emparer du marché et pourrait laisser sur le banc de touche les télévisions payantes.

Pour le moment, les deux géants sont en bonne santé, et rien ne saurait les mettre en difficulté. La fusion leur permettrait d’atteindre une taille suffisante pour affronter les géants du web. Cette fusion permet de valoriser Time Warner Cable à 42.5 milliards de dollars. Et la fusion permet de valoriser le portefeuille client à 33 millions d’utilisateurs. Autant dire qu’il ne s’agit pas d’un environnement PME, et que l’ambition est sans doute mondiale.

Il se pourrait tout de même que l’autorité de la concurrence mette son nez dans cette intention compte-tenu du phénomène de concentration important. Charter Communications le quatrième opérateur américain était intéressé par Time Warner. Alors il est fort à parier que la fusion ne soit pas totale et qu’une partie des clients ne soit délestée à Charter (enfin juste une poignée compte-tenu de l’effet surprise).

Un phénomène qui devient mondial et difficile à contrôler

Effet surprise, c’est bien ce qu’a réservé le cloud au monde des câblo-opérateurs. En effet, la concurrence est à présent mondiale et par sur un seul continent. Alors, pour une télévision payante nationale ou internationale, le business model risque d’être bien vite épuisé.

Ce sera sans doute le cas pour l’opérateur Canal+, qui maintient toujours une grille de programmes payante. Alors, pour garder une longueur d’avance, Canal+  a cherché à se différencier avec des programmes thématiques spécialisés.
Canal+ Afrique a donc été pionnier dans le sujet. Comme l’indique Mme le Guennou, Directrice des Programmes Afrique et qui vient d’être promue Directrice de la Communication, « nous abordons le marché africain avec des références locales importantes, très spécialisées ». Ainsi, les programmes musicaux, mais aussi religieux font leur apparition, et c’est avec cette nouvelle segmentation que Canal+ pourrait bien se différencier de la webTV.

Golden Moustache, la webTV qui monte, diffuse des programmes légers et humoristiques avec des séries cultes. Sa notoriété n’a cessé de monter depuis plus d’un an. L’interactivité avec les webspectateurs s’avère payante, puisque les programmes peuvent évoluer en fonction des commentaires et des critiques sur les blogs.

Toujours est-il que les câblo-opérateurs doivent tout d’abord s’allier pour faire face à ce nouvel arrivant très dangereux pour eux. Cet exemple montre que des concurrents peuvent devenir des alliés an face de nouveaux arrivants bien plus embêtants. La maturité du marché des câblo-opérateurs devrait donc être catalysée dans les mois à venir après quelques années de stagnation. C’est une belle opportunité pour faire bouger les choses et Comcast l’a bien compris.