m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Depuis début 2014, un nouvel étiquetage est disponible Outre Manche pour signifier la fabrication d’un produit « Made in Britain ».


Une preuve de fabrication nationale au Royaume Uni
Une idée simple et efficace

Les industriels britanniques ont souhaité connaître si les consommateurs pouvaient identifier la provenance de leurs produits achetés. Une enquête spécifique a révélé avec stupéfaction que les consommateurs avaient du mal à identifier l’origine des produits. Ce n’est pas parce que les produits sont commercialisés par une entreprise anglaise que la production est effectuée dans le pays.

Par ailleurs, les consommateurs consultés dans l’enquête sont tout à fait d’accord pour que la fabrication de la majorité des produits de consommation courante soit relocalisée. La présence d’un logo explicite était une demande forte pour pouvoir rapidement identifier les produits fabriqués localement.

Une machine en marche

Dès la fin de l’année 2013, plus d’un millier d’entreprises ont répondu favorablement à la mise en place d’un logo sur les produits authentifiant un produit fabriqué sur le sol britannique. Cela ne peut devenir une obligation : le processus administratif serait trop lourd et les parts de marchés sur un même produit pourraient être complètement redistribuées avec une telle mesure.

Le Made in Britain est constitué juridiquement par une association à but non lucratif. Les entreprises désireuses de pouvoir afficher le logo seront accompagnées dans leurs démarches de certification. Par ailleurs, les équipes de cette association pourront modéliser les gains pour l’entreprise qui souhaite estampiller ses produits « made in Britain ».
Le principe de certification exige une enquête de vérification qui mettra en évidence que les produits sont bien fabriqués en Grande Bretagne, ou ont subi une « transformation substantielle ». Dès lors, les produits pourront revêtir le très convoité logo.

Les entreprises devront s’acquitter d’une adhésion à l’association qui sera proportionnelle à leur chiffre d’affaires. Cette quote (à peine 0.004% pour un chiffre d’affaires inférieur à 30 milllions de livres sterling) part reste dérisoire compte-tenu du chiffre d’affaires qui pourra être généré.
 
Comparatif avec le « made in France »

Le « made in France » n’a rien à voir avec le « made in Britain ». Le premier a une définition fiscale et douanière, alors que le second est défini par une enquête opérationnelle très poussée qui demande le déplacement d’un comité d’experts assermentés.

Les interrogations se posent de plus en plus en France pour favoriser la communication de produits réellement confectionnés en France. De nombreuses entreprises le revendiquent sans pour autant que l’annotation soit certifiée, comme par exemple l’entreprise de sous-vêtements « le slip français ». Il reste encore du chemin en France, et l’initiative anglaise pourrait bien faire franchir le pas chez les industriels « cocorico ».