m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Il est toujours aussi fascinant d'observer combien l'expérimentation a été, à travers les âges, un facteur clé du succès de l'innovation.


Innovation et expérimentation sont indissociables
Que ce soit pour l'invention de l'aviation au début du 20ème siècle ou pour des innovations plus contemporaines, les phases d'expérimentation ont toujours été déterminantes. Mettre les mains dans le cambouis a été l'apanage des grands inventeurs qui sont partis de leurs intuitions pour les confronter ensuite aux réalités concrètes.
 
Le porteur d'une idée la trouve en général extraordinaire et passionnante. Au moment où il la met en œuvre, il redescend toujours de son petit nuage et commence à faire face aux difficultés, aux échecs, aux doutes. L'expérimentation, comme catalyseur de la créativité, le fait avancer. L'idée devient un véritable problème à résoudre et elle est alors partagée avec d'autres. Parfois, cela mène parfois à stopper rapidement le projet, ce qui est un gain de temps et d'argent !
 
Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn, n'a pas construit son réseau valorisé à plus d'un milliard de dollars en un jour. Il a avant cela développé ses compétences et testé ses idées en lançant SocialNet d'un côté et PayPal de l'autre. De son côté Kevin Systrom, le fondateur d'Instagram a afuté ses talents en expérimentant ses idées alors qu'il travaillait chez Google, Odeo, Twitter et Facebook avant de se lancer dans sa prore aventure.
 
Tout comme on apprend à rouler à bicyclette en expérimentant la chute, il devrait en être de même pour toutes les innovations en entreprise. Pourtant, nous n'aimons pas le risque ni l'échec. Cette posture est due pour une large part à des principes d'éducation qui privilégient la connaissance de la théorie à l'expérimentation du savoir à travers les essais et les échecs. Les hommes n'aiment pas faire des erreurs, ils n'aiment pas donner une image de quelqu'un qui a échoué, que ce soit un enfant ou un adulte.
 
D'autre part, nos cultures organisationnelles ne sont pas faites pour l'expérimentation. Dans les grandes structures, l'objectif est avant tout d'améliorer l'efficacité en réduisant les risques et toute forme de "turbulence". Exactement l'inverse de ce que produit l'expérimentation. Il y a une véritable tension entre la recherche d'efficacité et l'innovation. Il est quasiment impossible de prévoir à l'avance quelles idées vont fonctionner ou pas, l'expérimentation est donc nécessaire. Cela permet de prendre de meilleures décisions, basées sur des données concrètes. Tous les "agents du changement" dans l'entreprise devraient adopter ce principe et installer dans leur structure une véritable culture de l'expérimentation.
 
 

Cité dans cet article : expérimentation Innovation recherche