m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




S’il y a une chose qui parait certain pour le moment, c’est qu’Hervé Guillou pourrait bientôt quitter Naval Group. Si ce possible départ ne fera pas trop de polémiques, c’est plutôt sa succession qui agite les esprits. Depuis la fin du printemps dernier, des réflexions sont menées dans ce sens. Pour le ministre des armées qui s’est penché sur cette question depuis un bon moment, les critères requis chez le potentiel successeur sont assez précis. Il doit être capable de mener deux mandats à bon terme mais aussi être doté d’une vision à long terme pour mener à bien l’organisation. L’actuels PDG de Naval a eu 2 mandats. Il aura d’ailleurs très bientôt l’âge légal pour ne plus pouvoir prétendre à la présidence de Naval Group. Il est donc essentiel de penser dès maintenant à un successeur digne de ce nom. Une liste comportant une dizaine de candidats a déjà été établie. Même si pour le moment rien n’est officiel. Quoi qu’il en soit celui qui succèdera à la tête d’Hervé Guillon devra être un excellent industriel, maitrisant les cycles longs, et prêt à assumer la responsabilité qui lui sera confiée pour environ 450 000 euros.


Naval Group: quel successeur pour  Hervé Guillou ?

Les candidats les plus sérieux

Si la liste officielle n’est pas encore sortie, il y a déjà quelques rumeurs sur des candidatures assez sérieuses. Le premier nom qui sort est celui de Benois Ribadeau Dumas. En tête de liste de candidature on retrouve également Luc Rémont qui est l’administrateur actuel de Naval Group.  On apprend aussi plusieurs noms tels que ceux d’Olivier de la Bourdonnaye, le directeur des programmes de Naval Group ou encore Nathalie Sminov, la directrice des services. Ce sont ces noms-là qui ont été avancés pour le moment. Ce qui est encore très incertain. Par exemple, la directrice des services Nathalie devrait bientôt quitter le groupe. Il serait donc peu certain qu’elle se présente au poste de PDG. Des noms ont aussi été mis en avant par le chasseur de tête il y a entre autres Alexis Morel, le DG de Thales Underwater Systeme ou encore Jean Loic Galle de Thales Alenia Space. Toutefois le groupe Thales n’a pas l’air d’être pour des candidats à la tête de Naval venant des membres de son équipe.


Qu’en est-il d’Hervé Guillou ?

Pour Hervé Guillou il y a actuellement trois solutions possibles. Qu’on le reconduise encore pour 2 ou trois ans. Tout en changeant le statut de la société. La dissociation du statut de PDG ou carrément l’arrivée d’une autre personne à la tête de l’entreprise. La première proposition, la reconduction d’Hervé semble peu réalisable. Cela pourrait d’ailleurs être à l’origine d’une nouvelle crise entre Naval et Thales. Sachant que les relations entre les deux PDG sont assez tendues. Une guerre entre ces deux géants serait assez dommages pour leurs sociétés mais aussi pour toute la France. Quel sera donc le futur de Naval ? Qui occupera le fauteuil de PDG d’ici quelques mois ? En cette période de doute et d’incertitude, difficile de se prononcer là-dessus.


Cité dans cet article : Hervé Guillou Naval Group succession