m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation
Les actionnaires de Toshiba destituent leur président lors d’un vote
Depuis quelques années le groupe japonais connaît quelques remous avec le dernier en date l’éjection du président du conseil d’administration Osamu Nagayama suite à l’assemblée générale. Cette décision fait irruption alors qu’on avait reproché aux actionnaires d’avoir tenté d’influencer les votes.

Les faits

L’information nous est donnée par le directeur général Satoshi Tsunakawa qui ajoute qu’un admirateur du nom de Nobuyuki Kobayashi est également démis de ses fonctions.
 
Le président éjecté est un ancien capitaine d’industrie avec un riche parcours dans le monde des affaires. En réalité, avant l’AG en question, des dirigeants de Toshiba en connivence avec le ministère de l’économie et des finances avait tenté d’intimider des actionnaires activistes ce qui a provoqué des réactions de la part du groupe en limogeant des membres du conseil d’administration qui étant potentiellement réélus le vendredi. Cette information est donnée par un rapport indépendant publié le 10 juin 2021.

Une cascade de scandales chez Toshiba depuis 6 ans

Des analystes comme Justin Tang reprochent à l’ancien président d’avoir fui ses responsabilités en tant que président du conseil d’administration avant l’assemblée générale. En effet, il n’a pas fait de réaction lorsque les deux administrateurs furent éjectés avant l’AG. En dirigeant averti, il aurait pu penser que son tour était proche. De plus, selon toujours l’analyste, les autres administrateurs n’étaient pas moins coupables que les deux qui ont été sacrifiés. Par contre, il a été imprudent de jeter l’opprobre sur son prédécesseur en lui imputant beaucoup de forfaitures. Rappelons que celui-ci avait été poussé à la démission en avril dernier.
 
En réalité, Toshiba subit une cascade de scandales depuis 2015 avec des fraudes sur ses déclarations comptables pendant plusieurs années même si le groupe affirme avoir fait beaucoup d’efforts sur sa gestion.
 
Toutefois, avec l’arrivée des actionnaires activistes, un rapport indépendant fut exigé après l’assemblée générale ordinaire de 2020 ce qui a abouti à la mise en lumière sur beaucoup de forfaitures et fautes de gestion, notamment sa collusion avec le Meti. Ainsi, beaucoup d’analystes se posent des questions sur l’ampleur véritable du problème chez Toshiba.