m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Suite à Volkswagen, Hyundai ou Renault, c’est au tour de de PSA de lancer industrie en Algérie. Cette opération passe par le biais d’une opération commune de trois entreprises de l’Algérie. Le groupe prévoit de mettre sur pied près de 75.000 voitures d’ici 2023.


PSA ambitionne de produire des voitures à Oran en Algérie à partir de 2018
Un projet d’entreprise commune

Très aimé par les Algériens, Peugeot avait tout intérêt d’implanter une industrie à l’intérieur du pays qui cherche à tout prix d’avoir une industrie nationale d’automobile. Suite à Volkswagen, Hyundai ou Renault, c’est au tour de PSA de lancer dès 2018, des voitures en Algérie. C’est un projet qui a été facilité par la participation d’une entreprise commune regroupant trois structures Algériennes. Les premiers modèles vont sortir dès 2018 au niveau de la nouvelle industrie implantée à Oran qui se situe à 400 km à l’ouest du capital Alger.

D’ici 2021, Peugeot et Citroën vont mettre en place 75.000 modèles de voitures par année au niveau de cette industrie. En ce qui concerne l’emploi, ce projet va faciliter la création de 1.000 salariés. L’investissement total de ce projet est évalué à près de 100 millions d’euros pour l’entreprise commune dont le groupe PSA a en possession 49%. Concernant PSA, la mise de 50 millions d’euros de départ représente un investissement de départ assez petit comparé à la somme de 590 millions d’euros que son homologue Renault a déboursé pour le même niveau de production.

L’ère de l’industrie de l’automobile à Algérie

Après près de 2 ans de négociation, l’entente a été singer par les deux ministres des affaires étrangères Jean-Yves le Drian et Abdelkader Messahel en compagnie du ministre de l’Industrie Algérien Youcef Yousfi et du ministre de l’Economie Français Bruno Le Maire. En réalité, PSA prévoit de commercialiser 700.000 voitures d’ici 2021 dans le Maghreb et un million à l’horizon 2025.

Déjà le groupe a mis en place une entreprise au Maroc plus précisément à Karina pour la production de 90.000 voitures par an dès 2019, avec un taux de pénétration c’est dire les pièces produites sur place à au moins 60%. Renault fabrique dès à présent à Tanger plusieurs milliers de voitures. Le lancement de ce site en 2012 a soulevé un mouvement d’indignation de quelques syndicats français qui prônaient une sorte de délocalisation. L’industrie de l’automobile s’est lancé cette même année avec la collaboration de Renault. Il est devenu un secteur prioritaire pour l’Algérie.
 

Cité dans cet article : Algérie production PSA voitures