m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Aux allures de Taylorisme moderne, le Lean management fait la guerre au gaspillage tout en restant vertueux avec les employés. Inspiré par le succès du Toyota production system (TPS) le Lean a séduit bon nombre d’entreprises qui ont su adapter le concept à leur production.


Qu'est devenu le Lean management depuis Toyota ?
Le Lean management

Le principe du Lean est de faire participer les employés à la lutte contre le gaspillage. Tout ce qui ne produit pas de la valeur ajoutée est considéré comme un ennemi de la productivité, et l'objectif est de réduire les coûts sans pour autant changer les techniques et méthodes déjà en pratique. Plébiscité par beaucoup d'entreprises le Lean management est vu par ces dernières comme un outil anti délocalisation, car il permet de réduire considérablement les coûts de production tout en améliorant les conditions de travail des salariés. C'est en tout cas ce que le Lean management se veut être, sans pour autant refléter la réalité. Selon les managers, en impliquant davantage les salariés, le Lean a un impact significatif sur le bien-être de ces derniers, car le stress au travail est moins important.

La productivité de l'entreprise s'en trouve améliorée et la chasse au gaspillage devient l'affaire de tous. Mais ce point de vue n'est pas celui des syndicats qui critiquent ouvertement le Lean et ses conséquences néfastes sur les employés. En effet, il s'avère que malgré ses vertus, le Lean engendre un fort risque de trouble musculo-squelettique (TMS) et augmente le stress des travailleurs. Le délégué CGT de Renault fait ainsi état d'une augmentation des maladies professionnelles et déplore la non-considération des capacités individuelles à s'adapter aux modes opératoires induits par le Lean. C’est pourquoi les entreprises s’écartent de plus en plus de l’organisation du système Toyota.

Évolution du Lean management

Les conséquences néfastes du Lean management dues à l’absence d’adaptation du modèle Toyota à la supply chain des entreprises, obligent ces dernières à orienter leur mode de production de façon différente. L’application du système d’organisation initial, ne répondant pas aux spécificités de toutes les supply chains, les conditions de travail des salariés se trouvent affectées de manière négative. Ceci allant à l'encontre du but recherché par le Lean, pour être compétitives sur le long terme, les entreprises ne peuvent se contenter d'appliquer un modèle identique à celui de Toyota qui privilégie les actions de terrain. Depuis un certain temps, ces dernières ont donc abandonné le pilotage « juste à temps » au profit de la méthode Kanban.
Cependant, le Lean a toujours sa place dans la production, car son concept est la base de réflexion des méthodes à promouvoir. Ainsi, lorsque Citroën et PSA ont tenté de dupliquer le TPS dans les années 80, les difficultés rencontrées les ont poussés à revoir le concept et à l’adapter aux spécificités de leur supply chain. Il en résulte aujourd’hui que les modèles d’organisation produisent de meilleurs résultats que celui de Toyota. Pour aider les entreprises à appliquer un Lean management ajusté à leur production, l'agence Lean Training les accompagne dans le processus de convergence vers le Lean, afin d'identifier au mieux les « temps valeur ajoutée » dans la supply chain. Le Lean management a donc connu de profondes mutations, mais les initiatives des entreprises restent liées à ce concept.

Cité dans cet article : lean management