m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Depuis 2002, ce service a déjà enregistré plus d’une trentaine de milliers de suppressions de postes, c’est ce que déclare Anne Guyot Welke, secrétaire nationale de Solidaires Finances Publiques, le premier syndicat des travailleurs de la DGFIP. Dans une récente annonce, le ministre des Comptes Publics Gérald Darmanin serait prêt à supprimer 20000 postes dans l’institution, une information que le concerné a démenti sur Twitter.


La réduction des effectifs de la DGFIP suscite des tensions

Le plan d’économies Action Publique 2022

En réalité, si Gérald Darmanin devrait procéder à la suppression des postes, ce serait pour atteindre les objectifs du plan d’économies Action Publique 2022. Ce plan viserait à réduire de 4 points de PIB, les dépenses publiques. Ce plan permettrait aussi d’assainir les finances publiques d’ici la fin du mandat du président de la république. Pour atteindre ces objectifs, plus de 120000 postes devraient être supprimés dans les trois fonctions publiques à savoir : les collectivités locales et hospitalières et l’Etat. Pour ce dernier, plus de 50000 suppressions de postes sont en vue. C’est dans cette lancée qu’une réunion est prévue ce mercredi entre le président de la république et les secteurs concernés afin de mieux expliquer ce plan. C’est lors de cette réunion que les syndicats pensent que la suppression des 20000 postes sera faite. Même si cette information est démentie par le ministre des Comptes Publics, cette grande réunion revêt une importance capitale parce qu’il regroupe pour la première fois, tous les acteurs des services financiers.


Les causes de ce plan

Trois raisons majeures auraient conduit à la mise en place de ce plan qui vise à remettre en cause l’existence de la DGFIP. La fin de la taxe d’habitation, l’essor des services numériques et le prélèvement à la source sont les causes principales de ce plan. Ce grand service de l’Etat compte plus de 100000 agents avec un budget de 8 milliards d’euros. Selon un rapport récent de la Cour des Comptes, il a été noté que 10 ans, ce service enregistre plus de 20000 suppressions de postes chaque année et que la suppression de ce service permettrait d’assurer à l’Etat, des services qualitatifs et continus. Le ministre de la Cour des Comptes a d’ailleurs déjà mis sur le tapis quelques réformes au niveau des collectivités locales, ce qui conduirait à la suppression de plus de 1000 postes.


Les syndicats contre ces réformes

Selon le procureur général de la Cour des Comptes, il serait préférable de supprimer 30000 postes, une décision qui n’a pas été prise en compte dans les rapports finaux. Cette décision pourrait recommandation pourrait cependant inspirer le gouvernement pour procéder à la réduction des effectifs. Les syndicats de la DGFIP, Solidaires Finances Publiques principalement a fait une demande à l’Etat, lui demandait de ne pas mettre en exécution des suppressions. Selon les responsables de ce syndicat, des milliers de postes ont été supprimés, mais des emplois n’ont pas été créés pour permettre à ces personnes de s’insérer dans de nouvelles niches dans la société. Si le ministre de la Cour des Comptes ne promet pas la non-suppression des postes des agents, des actions seront prises en conséquences, martèle Anne Guyot.