m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Dans un contexte économique difficile, les entreprises ont du mal à rester compétitives et à générer des profits. Les Directeurs des Systèmes d'Information se retrouvant sous la pression de la performance à court terme doivent aujourd’hui trouver des solutions industrielles pour que les leviers de croissances puissent être activés aux moments opportuns.


Le DSI doit industrialiser pour améliorer la performance de manière durable
Remise en cause de l’informatique

Les métiers qui utilisent l’informatique sont unanimes sur les coûts toujours trop élevés de cette technologie. Les directeurs des systèmes d’information passant beaucoup de temps à justifier les coûts et à expliquer l’origine des dysfonctionnements n’apportent néanmoins pas de solution concrète et durable pour les utilisateurs. L’informatique étant devenue un outil de production banal, les exigences en termes d’efficacité se font de plus en plus fortes et les usagers commencent à scruter les dépenses liées aux pannes et dysfonctionnements. Une production ne pouvant pas s’arrêter, les entreprises sont obligées de prévoir des alternatives à la panne, et d’en chiffrer les couts. L’informatique perd de cette façon sa position d’exclusivité en tant que technologie utile à la productivité et l’industrialisation devient la seule alternative à la fonction SI qui se doit de progresser rapidement pour pérenniser et optimiser les systèmes.

Industrialiser la fonction SI pour des performances durables

L’industrialisation de la fonction SI, qui mènera à plus de performances et de continuité dans les processus, devra dans sa modélisation, tenir compte de la performance financière, savoir maitriser les risques, et contribuer durablement aux performances des métiers. Les DSI devront pour cela offrir des délais d’intervention rapides et un service de qualité, tout en faisant le choix des ressources utilisées, pour que ces dernières soient le moins couteuses possible, mais permettent une excellence opérationnelle. En effet, il en va de la crédibilité des DSI que de fournir une excellence opérationnelle, pour que les métiers continus à percevoir la valeur de la fonction SI, sans se concentrer sur son coût. En effet, l’efficience des processus, si ces derniers ne sont pas reconnus comme une valeur, n’a pas de crédibilité aux yeux des usagés qui payent un outil qui n’a aucune autre valeur ajoutée que sa contribution à la productivité. De plus, les équipes du DSI doivent donc être professionnelles et capables de s’adapter aux objectifs de l’industrialisation.

Professionnalisation du DSI et externalisation

L’industrialisation nécessite forcément une professionnalisation des équipes du DSI, car les métiers ne fondent pas seulement leur confiance sur l’efficience du processus. En effet, une équipe à l’écoute des besoins spécifiques de l’entreprise, capable de réagir rapidement tout en proposant des solutions durables, sera considérée comme une plus value importante par les usagers. Pour pouvoir industrialiser et gagner en crédibilité, la fonction SI peut externaliser ses processus en confiant à des acteurs externes, la recherche des processus efficients. La fonction SI étant en constante évolution et les processus pouvant être totalement externalisés, cette démarche permet à chacun de se consacrer à son cœur de métier et de fournir une meilleure qualité de service et des processus toujours plus efficients. Ainsi, l’optimisation globale de la fonction SI et notamment l’industrialisation permettra une meilleure adaptation aux exigences des usagers.