m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Alstom, le géant concepteur de matériel ferroviaire, s’ouvre un nouveau marché, celui de l’autobus. L’Aptis, de son nom, est un modèle électrique dont la grande partie des technologies repose sur celles employées dans le tramway. Dans un contexte désormais marqué par la lutte contre la pollution urbaine et l’émission des gaz à effet de serre, le Groupe entrevoit là une opportunité certaine avec ce nouveau marché.


Alstom s’ouvre au marché des autobus
Un grand pas franchi par le Groupe

En présentant l’autobus d’Alstom sur le site de sa branche New Translohr, son PDG, Henri Poupart-Lafarge, a indiqué que c’est le plus grand pas franchi par son groupe depuis ces 20 ou 30 dernières années. C’est d’ailleurs sur ce site, à Duppigheim, que sont produits depuis longtemps les tramways sur pneus de l’entreprise.  Le co-développement de l’autobus Aptis est aussi assuré ce même site-là.
Avec ses deux catégories de tramway, sur pneus et sur rail, le Groupe possède déjà bon nombre de partenaires, à l’instar des collectivités locales. Désormais, l’entreprise entend bien insérer son nouveau produit chez ces partenaires habituels,  avec notamment tous les mouvements de changement des diverses flottes, pour une migration vers l’électrique. On verra donc peu à peu arriver ce nouveau modèle d’autobus dans la circulation urbaine.

La longueur totale d’un Aptis est de 12 mètres, pour une largeur de 2,55 mètres. Les portes coulissantes dont il est équipé, ainsi que sa caisse même, appartiennent toutes au tramway. Aussi, son plancher bas dans son intégralité et ses baies panoramiques, sont identiques à ces mêmes composants d’un tramway. Monté sur des pneumatiques, et avec sa capacité de transport de 95 passagers, l’autobus d’Alstom possède également une chaîne de traction similaire à celle d’un tramway.
 

Autres caractéristiques importantes de l’Aptis

Cet autobus est très particulier avec ses formes carrées. Quatre roues de modèles standards contre 6 pour les bus classiques, sont suffisantes pour le faire rouler. C’est surtout l’excellente  répartition de ses charges, notamment celle des batteries qui peuvent se placer sur le toit ou en dessous du plancher qui rend cela possible. Toutes ses roues, placées aux extrémités de la caisse, sont toutes directionnelles.

Cette caractéristique de ses roues permet une intégration facile dans les rues urbaines, en ne nécessitant que très peu d’espace dans les virages, environ 25% en moins selon le constructeur, et une manœuvre beaucoup plus souple dans les accostages. Il fonctionne avec tous les types de batterie, et sera compatible avec tous les systèmes de charge. La durée de vie est fixée autour de 20 ans, contre 14 ans en moyenne pour les bus thermiques.

Sans en donner le prix de vente, le Groupe s’est fixé pour objectif de s’aligner autour de celui d’un bus diesel, coût d’exploitation, achat et maintenance. L’entreprise n’a pas encore indiqué où se fera l’assemblage de l’Aptis. Au courant de cette année, à Paris et en région parisienne, l’autobus passera son premier test. Pour un lancement en production, son PDG affirme que le Groupe répondra aux premiers appels d’offres en fin 2017 et début 2018.
 

Cité dans cet article : Alstom autobus stratégie