m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Ethique et responsabilité




Des annonceurs ont publié sur Facebook : les détaillants d’armes à feux. Facebook décide tout de même de ne pas se passer de ces annonceurs.


Facebook face aux armes
Marché réglementé

Les armes à feux restent un commerce extrêmement réglementé dans le monde. Et pourtant, il est possible de côtoyer des réclames pour les crèmes anti-rides, des hôtels bon marché, des parcs d’attractions et des jouets pour enfants avec de pistolets. Et ils ne sont pas à eaux !

Pas de problème pour vendre une bonne imitation de pistolet ou mitraillette du moment qu’elle carbure à l’eau. En revanche, pour les vraies armes, les modèles doivent être répertoriés, les commerçants agréés, les acheteurs clairement identifiés avec une pièce d’identité en cours de validité.

Pour certaines régions, comme l’Etat de New York, les ventes d’armes sont extrêmement encadrées. Il n’est pas possible de vendre une arme depuis l’Etat de New York vers une autre zone géographique par exemple.
Ainsi, le Procureur de l’Etat de New York Eric Shneidermann a demandé de manière très formelle d’encadrer la publicité qui vante les armes à feux. Souvent ce type de publicité est effectué de manière illégale et n’est pas particulièrement contrôlé par le réseau social.

Mesures prises par les réseaux sociaux

Finalement, Facebook a décidé de supprimer et de prohiber tout publicité illégale et non confirmes avec les nouvelles lois en vigueur. Cela reste tout de même compliqué car d’un pays à un autre les lois sont plus ou moins laxistes, et les sites sont accessibles dans la plupart du monde.

Cette publicité dont se serait bien passé Mark Zuckerberg, le cofondateur de Facebook pourra toujours siéger dans son réseau social dès lors qu’elle remplit les conditions légales. Ainsi, il sera possible d’être tenté d’acheter une arme, mais ce ne sera pas possible via Facebook.

Il s’agit d’une décision peu scrupuleuse pour certains, comme l’association des mères américaines. Pour d’autres au contraire, il s’agit d’un manque de liberté d’expression telle la National Rifle Association de New York, qui existe pour justement promouvoir le culte des armes.

Or les libertés sont encadrées par des lois, mais si de manière insidieuse le trafic d’armes se développe, cela devrait selon les mères de New York développer l’insécurité.
Pour le moment, les armes pourront donc s’incruster dans les pages publicitaires de Facebook et Instagram, les hashtags quant à eux resteront interdits sur le sujet. La législation reste ferme sur le vente, puisque e-bay ne pourra pas en vendre.
Il reste que les mineurs auront accès aux pages publicitaires, et rien que cela peut paraître violent.