m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Contrairement à d’autres secteurs qui répondent généralement avec virulence lorsque la demande explose, les professionnels du cognac par contre s’imposent une prudence dans les prochaines cultures. Pour soutenir en effet la demande en grand hausse ces derniers, tous les viticulteurs se sont entendus de réaliser uniquement 800 nouveaux hectares d’exploitation de vigne pour le compte de l’année 2017. On pourra néanmoins assister à une augmentation de 1.000 hectares nouveaux d’ici au terme de l’année.


Les professionnels du cognac optent pour la prudence pour leurs prochaines cultures
Des nombreuses motivations
 
Des nombreuses motivations animent ce secteur depuis ces dernières années. 2016 a été assez particulière avec pas moins de 179,1 millions de bouteilles de cognac vendues sur la scène internationale, pour une valeur financière de 2,76 milliards d’euros. Cette croissance est bien loin de s’arrêter à en croire certaines prévisions. On évoque en effet des demandes similaires voire plus accrues en 2017.

Ce sont donc des telles prévisions qui conduisent les producteurs de cognac à mettre un peu plus de pression aux viticulteurs afin que ces derniers agrandissent leurs cultures de vigne. En zone de Charente, où se concentrent les exploitations, la superficie de vignoble s’étend jusque-là à 75.000 hectares (2016). Mais cette demande des producteurs ne peut pas trouver une satisfaction automatique car le passé est là pour enseigner sur des erreurs commises dans ce domaine déjà.

Se souvenir du passé dans le domaine
 
Bien qu’on conseillerait volontiers aux viticulteurs d’accélérer leur rythme afin de donner satisfaction aux producteurs de cognac, il ne faudrait pas cependant oublier que ces derniers ont des véritables raisons d’avancer avec méfiance. En 1968 déjà, le domaine avait connu un excès des cultures. Il n’est donc pas question de répéter cette même erreur. Plus près encore, entre 2008 et 2009, alors que la crise financière mondiale battait son plein, cette branche n’en avait pas été épargnée.

De nombreux pieds de vigne avaient ainsi été arrachés pour faire face à cette situation. Pour le Président de l’Union Générale des Viticulteurs, Christophe Véral, la région de la Charente a déjà connu des moments très durs pour que des telles décisions soient prises avec légèreté. Il s’est ainsi exprimé au nom des 2.000 membres de cette Union qui regroupe environ les 70% du vignoble.

Les professionnels avancent avec grande prudence
 
C’est avec une très grande prudence que la viticulture effectué une première augmentation de la taille du vignoble. En 2017 là, 800 nouveaux hectares seront ouverts. Une nouvelle augmentation pourra être observée en 2018. En attendant que les discussions aboutissent, il pourra s’agir de 1.040 nouveaux hectares. Pour Christophe Véral, il n’est question que les professionnels cèdent face à toutes les demandes sans se poser toutes les questions.

Selon lui, il n’existe qu’un faible équilibre dans ce marché qui peut tourner à tout moment. Dès seront mis en terre les vignes, il n’y aura plus de temps pour faire un retour en arrière. C’est pour cette raison que toutes les questions devront être pensées judicieusement. Du côté des viticulteurs, on souhaite que les choses se fassent bien et comme il le faut.
 

Cité dans cet article : Cognac culture producteurs vigne