m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Le français Ogeu s’apprête à racheter l’eau Quézac et sa division d’embouteillage sise à Lozère avec le début des pourparlers avec Nestlé Waters France comme annoncé par ce dernier ce mercredi. Le groupe français en plus de la source Quézac embouteillée par Nestlé Waters Supply dont il est en quête de preneur depuis début 2015 commercialise aussi les marques Perrier, San Pellegrino et Vittel. Dans le communiqué il est détaillé que la transaction concerne la transmission de toutes les activités à Lozère de même que le personnel à Ogeu mais aussi un apport de 3 millions sera débloqué pour renforcer le programme d’aide.


Nestlé envisage de vendre l’eau Quézac au groupe Ogeu
Les dessous des négociations entre Nestlé et le groupe Ogeu          

Le géant suisse Nestlé qui  avec Quézac détient la cinquième entreprise française de productions d’eaux gazeuses avec un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros pour 50 salariés ne sera plus propriétaire de cette exploitation à forte potentielle qui passera sous la bannière du groupe béarnais de la Société des eaux minérales d'Ogeu (Semo) tout en conservant le nom commercial Quézac. Cet acquis viendra renforcer la politique de développement du groupe SEMO et assoir sa domination mondiale de productions d’eaux minérales régionales grâce à ses 150 millions de litres  produits tous les ans dont presque la moitié avec Ogeu.

Par contre pour Nestlé la vente de Quézac répond à sa politique démarrée  depuis quelques années de se libérer de certaines marques d’eaux minérales bien distinctes de la région avec la cession en 2013 de l'eau bretonne Plancoët (54 millions de bouteilles, 9 M€ de CA) au groupe béarnais basé à Ogeu-les-bains. La négociation de Nestlé pour le rachat de Quézac n’est pas une première. Le géant avait été approché une première fois par Eric Besson et Les Sources du Pestrin mais c’était sans suite. Ensuite une deuxième entreprise a montré son intérêt Nérios la même chose se répète. Donc SEMO sera le troisième candidat déclaré pour le rachat de Quézac.
 

Politique de développement pour la Semo

Avec le rachat prochain de Quézac la Semo se donnera l’occasion de mieux renforcer sa position sur le marché des eaux minérales. Déjà le groupe français s’est approprié grâce à Nestlé  la Ste-Baume embouteillée par la source de Beaupré (Var) mais aussi l’eau minérale Chevreuse de la source parisienne de Val Saint-Lambert.

Le groupe qui va fêter ses 200 ans dans 4 ans est dirigé par Jean-Hervé Chassaigne issu de la famille fondatrice qui cache mal son désir de prospérité de l’entreprise familiale en acquérant Quézac. Pour Jean-Hervé Chassaigne l’extension de la SEMO commence d’abord par la domination du marché français et il compte bien impliquer tous ses salariés dans ce programme. Le groupe semble sur la bonne voie car déjà Ogeu va ravitailler en eau durant tout le dénouement de « Bordeaux Tasting » les 10 et 11 décembre. En outre, le groupe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin car il envisage de mieux s’ouvrir vers le marché asiatique avec comme appui sa filiale asiatique Ogeu Asia.
 

Cité dans cet article : eau Quézac groupe Ogeu Nestlé