m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




À l'heure où la responsabilité sociétale d'entreprise représente une démarche importante en terme d'éthique, les managers ne peuvent se contenter d'une autorité incertaine. Ainsi, leurs qualités morales représentent aujourd'hui un atout considérable.


Qu'attend l'entreprise d'un leader et d'un manager ?
Le leadership n'est pas toujours une question d'autorité. De nombreux ouvrages sur les techniques de management abordent le sujet du leadership de façon très poussée, mais les qualités comportementales d'un manager pèsent de plus en plus dans les politiques de recrutement, et cela ne se résume pas à de la technique et à être autoritaire. En effet, les DRH sont unanimes sur la question des profils des managers de demain. Ces derniers doivent désormais être capables de faire-valoir le « vivre ensemble ».

Le temps passé avec ses collègues de travail étant plus important que celui passé en famille, il est primordial que les relations soient saines et durables. Ainsi, le savoir être prédomine et demeure une qualité indispensable au manager, car ce dernier peut être un puits de savoir et maîtriser quantités de techniques sans pour autant être capable de conduire ses équipes efficacement. Savoir intéresser les exécutants à leurs tâches s'apparente à un tout autre travail que savoir donner des ordres.

Ce sont là deux compétences que les managers doivent avoir, car il n'est plus à prouver que le niveau d'engagement des employés se ressent dans la productivité globale de l'entreprise. Et s’ils ne sont pas pris à partie sur les aspects émotionnels dans leur travail, ces derniers se contentent d'une présence contreproductive. Le présentéisme est un exemple d'effet pervers que peut avoir un management non soucieux du bon « vivre ensemble ». L’entreprise a donc besoin de leaders et managers compétents et humains.

Le management et le leadership sont aujourd’hui devenus une question de savoir être tout autant qu'une question de savoir-faire. Ainsi, dans un contexte où les conditions se dégradent continuellement, la capacité des managers à créer un environnement où il fait bon travailler est un atout significatif pour améliorer la productivité de chacun. On peut donc dénombrer bon nombre de qualités qui jusqu'alors étaient un peu délaissées au profit d'une politique déshumanisante et contreproductive.

Savoir souvent féliciter, rendre les employés fiers de leur travail, les responsabiliser, ne pas avoir honte et participer activement aux tâches des équipes sont autant de qualités devenues essentielles aux managers. Des qualités que les entreprises apprécieront d'autant plus que la productivité sera augmentée grâce à une vie de groupe joyeuse et dynamique. Sans pour autant pousser dans les techniques managériales, c'est l'aspect psychologique des employés dont les leaders et managers doivent tenir compte pour les motiver. En effet, les désintéressements des managers sont fortement mis en cause dans le moral dégradé des employés qui se considèrent comme des « pions qui exécutent des ordres ».

Ces derniers ont besoin que leur utilité soit reconnue et c'est notamment sur ce point que les managers doivent se pencher. Ainsi, le recrutement des managers se fait par une combinaison entre compétences et savoir être. Indissociables, ces deux aspects représentent donc une réponse aux attentes des entreprises.