m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




En tant que manager, vous avez certainement trouver le parfait équilibre entre l'encadrement de votre équipe et la délégation efficace, tout en vous rendant disponible pour les questions et en encourageant votre équipe à y répondre par elle même.


Quelques mauvaises habitudes de managers
Devenir un manager inspirant et expert n'est pas immédiat. Cela peut prendre du temps et passer par de nombreux essais et échecs avant de savoir maintenir le contrôle suffisant sur son équipe pour assurer leur performance, tout en leur donnant de la marge de manoeuvre pour "grandir". Pour autant, les managers ont parfois quelques habitudes qu'ils considèrent comme normales et utiles mais qui sont en réalité nuisibles pour leur équipe.
 
Le manager multi-tâches
 
La première est de ne pas réussir à donner toute son attention. Bien que l'on s'attende à ce qu'un manager soit multi-tâche, qu'il envoie des sms pendant des réunions ou des emails tout en étant au téléphone, ces pratiques sont parfois inefficaces. Elles aboutissent à des emails baclés qui ne répondent qu'à moitié aux questions des employés ou à des conversations où l'interlocuteur a l'impression de ne pas être écouté convenablement. Dans tous les cas, les employés finissent par être désorientés et dans le flou.
 
La deuxième est sans doute de passer plus de temps à parler plus qu'à écouter. Un manager consciencieux veut bien faire. Il explique, donne des consignes, fait des points réguliers et donne du feed back. Attention à ce que cette situation ne se transforme pas en monologue sans que les employés puissent s'exprimer. Ecouter, c'est se donner la possibilité de comprendre ce qui préoccupe les employés et se donner les moyens de les aider.
 
Etre constamment indisponible est également un véritable handicap pour une équipe. Un manager est évidemment beaucoup en réunion, au téléphone, en rendez-vous client... mais lorsque les employés n'ont aucun moyen de le joindre sauf à décréter l'état d'urgence, ils se sentent très peu soutenus. Le problème peut s'aggraver lorsqu'il faut gérer un dossier et prendre une décision importante en l'absence de son manager et que l'équipe n'y est pas préparée. L'équipe prendra peut-être la mauvaise décision, mais dans l'instant, c'était peut-être aussi sa seule option.
 
Enfin, un manager a naturellement le souci de satisfaire ses clients. Mais il ne doit pas le faire aux dépends de ses employés. La moindre des choses, avant de s'engager auprès de clients, c'est de consulter son équipe pour négocier la faisabilité et l'organisation à mettre en oeuvre.
 
Devenir un leader admiré et respecté de tous est souvent long mais être vigilant sur le fait de ne pas rendre le travail de son équipe plus pénible que nécessaire sera toujours payant.

Cité dans cet article : management performance