m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

L’état allemand perdra 5 % du capital de la compagnie Lufthansa. Berlin qui assurait 20% de ses affaires se retire en partie. D’ailleurs ce pourcentage a été momentané pour les pouvoirs publics qui voulaient juste aider cette compagnie. Berlin va mener cette opération par des fonds de stabilisation économique, des organes publics qui a certaines de ses parts d’où le fait qu’elle abandonne 3,51% en bourse par Lufthansa.


L’Etat allemand cède en partie ses parts de la compagnie, face rebond de Lufthansa
Ce groupe a profité aussi de la chute de certaines compagnies telles que Swiss, Austrian Airlines et Brussels Airlines pour augmenter son territoire. Une aide massive de 9 milliards d’euros a été proposée à cette compagnie par Berlin un très grand changement pour le bien de cette entreprise car il a pu payer ses employés.

Un retour aux bénéfices au troisième trimestre prévu par Lufthansa

Le fond de la stabilisation explique que ces résultats positifs sont dus à la croissance du moment de la compagnie. Cette entreprise a l’avantage d’un meilleur trafic aérien malgré la présence de la COVID.  Elle adopte petit à petit la parfaite position pour un redémarrage de son activité avec le plus de Bénéfice possible surtout en cette été.

Le trafic de cette entreprise est désormais de de 65 % au mois de juillet 2019. Elle envisage une augmentation aussi de 50% de ce trafic avant la crise. Une augmentation passant de 756 millions  à 1,5 milliards au même moment. Elle présente une perte de 1,18 milliard d’euros contre 1,52 milliard selon des chiffres de l’Eurocontrol.

La compagnie a classé en une année ses partes en deux parties au deuxième trimestre. Car leur entreprise qui est à Francfort procède par une anticipation des profits au troisième trimestre pour la première fois durant la COVID.

Elle envisage de faire plusieurs économies tout en s’engageant dans une grande réorganisation pour la réduction des coûts afin de se protéger contre le COVID. Elle veut 150 appareils d’ici 2023, mais aussi elle a supprimé 30.000 sur 130.000 qui leur permet d’économiser 1,1 milliards d’euros en attendant la somme voulue qui est de 1,8 milliards d’euros. Les actionnaires sont partants pour une meilleure organisation afin d’atteindre les objectifs fixés.

Cité dans cet article : Allemagne Lufthansa