m-tribune
Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Dans le but de mieux garantir son efficacité et s’inscrire dans une dynamique à long terme, le géant Veolia a annoncé depuis quelques temps la mise à jour de ses perspectives. C’est une façon pour lui d’augmenter le chiffre d’affaires total. Aussi, l’annonce a été faite concernant le rachat de son rival Suez par la commission européenne. C’est une ancienne de Siemens et de Dormakaba qui se chargera de la gestion des activités eau et déchets en France mais aussi pour ce qui de quelques actifs à l’étranger laissé par Véolia. De plus, Veolia a aussi dû s’engager à céder l’essentiel des activités de Suez en France afin d’obtenir l’autorisation européenne. Ce que nous allons vous expliquer dans les lignes qui suivent.


Veolia autorisé à racheter son rival Suez par la commission Européenne
Une autorisation de la commission européenne

Le 14 décembre passé, il y a eu une autorisation de la commission européenne pour la fusion entre ces deux multinationales françaises de l’eau et des déchets Veolia et Suez. Une opération qui va couter à peu près 13 milliards d’euros qui ont été scellée au printemps après des mois de batailles  entre les deux rivaux historiques.  C’est une décision de la commission de la concurrence au sein de l’Union Européenne qui ouvre la voie à la conclusion d’une offre publique d’achat des OPA de Veolia et cela dans les semaines qui vont venir. Également c’est une autorisation qui intervient après que Veolia a conclu une cession totale de la majeure partie de ses activités en France à Suez.

Une autorisation conditionnée

Donc pour plus de précision, le groupe sera dans l’obligation de procéder à une vente de la quasi-totalité des activités de Suez dans la gestion des déchets et de l’eau municipale en France. Cela va concerner aussi une très grande majorité des activités de Veolia dans la gestion de l’eau industrielle en France et une partie des activités des deux entreprises dans le traitement des déchets dangereux.  C’est ce qu’a précisé l’exécutif européen dans un communiqué. Il est clairement mentionné dans l’autorisation de l’Union Européenne que l’accord de la commission est subordonné au respect intégral de ces engagements qui éliminent entièrement les problèmes de concurrence relevés. Cela intervient après une très longue période de bras de fer entre les deux. Il reste que l’autorisation des autres pays pour le groupe démarre de façon effective ses activités que seul l’accord de l’UE pouvait bloquer.