m-tribune

Un site dédié au management et à la performance de l'organisation

Organisation et ressources humaines




Le Groupe enfonce le clou de sa restructuration de sa branche eau française. Un trou d’eau d’environ 2200 emplois en moins de six mois.


Besoin de moins d’eau pour Veolia environnement
Plan de départ naturel

Le comité central d’entreprise de Veolia environnement qui a eu lieu le 28 novembre 2013 a communiqué le fait que la Direction de l’entreprise annonçait un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) d’environ 700 personnes. Ces mesures de licenciement touchent avant tout les fonctions support de l’entreprise. Rappelons que l’entreprise emploie aujourd’hui 15 000 salariés.

A l’issue de ce comité central, l’entreprise affirme que les licenciements économiques n’auront pas lieu. Il s’agit tout simplement d’un plan de départ volontaire qui prend en compte les départs à la retraite, les départs anticipés à la retraite ainsi que la volonté de certains salariés d’aspirer à d’autres occupations à l’extérieur de l’entreprise. Un plan plus dur annoncé précédemment Il faut savoir que cette année, à savoir au printemps, Véolia environnement avait annoncé un plan de plus de 1500 suppressions d’emplois et portant principalement sur les postes d’exploitation. Les fonctions administratives étaient beaucoup moins touchées dans ce projet, puisqu’elles représentaient à l’époque environ 20% des départs. Or, il semble que l’entreprise ai décidé de modifier ses plans en sacrifiant des postes avant tout administratifs, et pour une masse salariale moins importante.

En effet, le cœur, et donc la valeur de l’entreprise s’effectue sur son expertise et son professionnalisme. Le fait de faire partir une partie de ses experts pourrait être considéré comme une main tendue à la concurrence qui pourrait s’en emparer de manière indéniable. Les seniors, même à la retraite ont la possibilité en France de pratiquer le « grey brain », à savoir de pratiquer de manière indépendante un conseil quel qu’il soit et qui puisse servir une entreprise, un industriel, et même une personne physique. Il suffit tout simplement de déclarer un statut d’auto-entrepreneur et le tour est joué. Cela permet pour les intéresser d’arrondir les fins de mois avec des pensions de plus en plus maigres.

Une concurrence qui implique une activité eau à la baisse

Cette année, il y aura très certainement environ 500 départs naturels de Veolia eau. Et a priori, la totalité des départs ne devrait pas excéder 1600 départs en tout. Dans ces chiffres, les mobilités intra-groupe ne sont pas comptabilisés et devrait représenter 500 personnes.

Et le contexte, est simple. Les marges de Veolia eau sont de plus en plus faibles. Le phénomène récent des communautés de communes avec une action beaucoup plus insistante qu’une commune seule négocie fermement les contrats. Les contrats se sont donc moins renouvelés et les parts de marchés s’érodent. Le résultat opérationnel a vu sa performance baisser de presque un quart par rapport à l’année précédente. Les objectifs pour les années à venir ne pourront être atteints tant pour les investisseurs que pour l’entreprise sans un changement visible.

La restructuration s’avère sans doute incontournable sous peine de voir la totalité des contrats passer à la concurrence. Et tout cela a un prix, car un plan de sauvegarde de l’emploi est loin d’être gratuit, d’autant que le premier ministre s’en est mêlé et a indiqué sa volonté de sécuriser tous les emplois compte-tenu des lois adoptées dernièrement.